Vision soumise à Macky: Confédération du Cap-vert et des Rivières sud

Suite à un entretien manqué avec le Président de la République du Sénégal, Monsieur Macky Sall, à qui je voulais transmettre une vision personnelle de la « Crise de la République du Sénégal en Casamance » (pour reprendre la belle formule de Pierre Atepa Goudiaby)…

Arrêtons-nous pour la précision : nous avions déjà rencontré M. Macky Sall à Paris le 29-11-2011 au 27 rue de la Procession dans le 15e arrondissement parisien, en sa qualité de Président-fondateur de l’Alliance pour la République (APR). Il avait été à cette occasion, le premier homme politique Sénégalais à avoir acheté l’Histoire authentique de la Casamance (sortie le 26-11-2011). Voilà comment furent jetées les bases du prétexte de notre entretien sur la Casamance.

Nous disions donc que suite à cette occasion manquée, il nous aurait été donné comme possibilité d’introduire une note explicative qui serait transmise au Président de la République.

De manière succincte nous nous serions excusés en avançant les raisons de notre retard, un face à face aurait permis de mieux étayer notre propos donné ici en substance :

Monsieur le Président,

Comme écrit dans la postface de l’Histoire authentique de la Casamance, est-il possible d’imaginer une confédération des Etats de la Guinée du Cap-Vert ou du Sénégal et des Rivières Sud (nom à choisir) qui engloberait le Sénégal, la Gambie et la Guinée-Bissau.

Monsieur le Président,

Pour mettre en place cette confédération ou fédération (les gens verront) il faudrait à notre avis, voir comment transformer les fleuves Gambie et Cacheu en frontières naturelles (à l’image de ce qui est avec la Mauritanie) :

–          Ainsi, l’Etat du  Cap-Vert s’étendrait du fleuve Sénégal au fleuve Gambie englobant tout le Saloum,

–          Tandis que l’Etat de la Gambie irait jusqu’au Rio-Cacheu et comprendrait Tambacounda et la Casamance,

–          Et enfin, l’Etat de la G-Bissau resterait dans ses frontières actuelles avec le Cacheu comme limite Nord.

Nous aurions alors un refaçonnage de nos espaces en tenant compte de la géographie physique qui ne favorise pas la continuité terrestre des Etats du Sénégal et de la Gambie, divisés en deux, par le fleuve Gambie avec sa panoplie de problèmes liés à la traversée.

Monsieur le Président, n’étant qu’un simple citoyen qui essaie d’imaginer les formes d’accommodements qui puissent nous unir au sein d’Etats souverains différents, il nous semble que l’idée d’une confédération si elle est débattue raisonnablement peut aboutir à une solution perfectible.…

Suivirent les salutations,
Vive la paix…

P.-s. : Entre nous, chers lecteurs, cette idée est-elle défendable ?
En tous les cas, n’ayant pas d’autres solutions à proposer, mais à travers le travail scientifique que nous faisons sur le terrain, il nous a semblé que réunir la Gambie et la Casamance, le Saloum gambien et le Saloum sénégalais avec le nord du Sénégal pour créer ensuite une confédération de trois Etats ne serait pas irréaliste.
Encore faut-il le proposer et voir ce que nos concitoyens et les différentes parties pensent de ce futur…
Vive le mois d’avril…

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.