La BCEAO est une agence du Trésor public français

L’économiste sénégalais Amady Aly Dieng rappelle à tous que la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) des EX-COLONIES donc, reste un instrument de la COLONISATION car elle n’est qu’une simple agence dans le réseau du Trésor public français en Afrique.

Vous comprenez donc pourquoi quand des gens comme Laurent Gbagbo se permettent de nationaliser les Banques établies en Côte d’Ivoire, l’armée française intervient directement…. Vous comprenez pourquoi nous avons que des « mercenaires en cravates » habillés en présidents démocrates après les dictateurs qu’on nous imposait à la veille des indépendances….!!!
Quelle analyse tirer d’une telle situation de phagocytage économique ?

L’économiste sénégalais Amady Aly Dieng redoute un « désastre » résultant d’une dévaluation du franc CFA, pouvant prolonger la dépendance des pays africains vis-à-vis de l’Europe, similaire à la domination politique, culturelle et sociale en cours depuis la colonisation.

‘’Les conséquences d’une dévaluation seraient désastreuses. Une dévaluation serait une dépendance, la même qui a existé depuis la colonisation et qui continue à l’heure actuelle. C’est la raison pour la quelle les gens se plaignent’’, a-t-il déclaré, mardi à Dakar.

M. Dieng s’exprimait lors d’un séminaire sur la problématique de l’arrimage du franc CFA à l’euro avec les risques de dévaluation à l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP), basé dans la capitale sénégalaise.

‘’Le monde déplore le fait que le franc CFA est le symbole de la domination de la France sur nos propres pays à la fois sur le plan politique, culturel et social’’, a fait remarquer l’économiste.

Auteur de plusieurs ouvrages, M. Dieng est un enseignant à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il est aussi un retraité de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

‘’Nous n’avons pas de banque centrale, nous avons des correspondances du Trésor français et des chèques postaux qui servent à financer la trésorerie du trésorier de France. C’est pourquoi le compte d’opération se trouve en France et non pas à la BCEAO’’, a-t-il expliqué.

Selon lui, les Africains doivent se développer, au lieu de se cantonner à vouloir lutter contre la pauvreté. ‘’C’est un manque d’ambition’’, selon M. Dieng. ‘’Ce sont ceux-là mêmes qui ont créé la pauvreté qui jouent les sapeurs pompiers (…), des pyromanes devenus sapeurs pompiers.’’

Le séminaire a été animé par le professeur Albert Ondo Ossa, agrégé de sciences économiques et de gestion et enseignant à la Faculté de droit et des sciences économiques de Libreville (Gabon).

M. Ossa est aussi directeur du Laboratoire d’économie appliquée de l’Université Omar Bongo. Il a été ministre de la Recherche scientifique et du Développement du Gabon.

Sur la problématique de l’arrimage du franc CFA à l’euro, plusieurs économistes et des responsables d’institutions bancaires, financières ou gouvernementales ont toutefois écarté la possibilité d’une dévaluation de la monnaie pour le cas des huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

SK/SAB
Dakar, 10 avr (APS) –

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.