On peut accepter un président de la République qui manque de culture, mais pas un ministre de la culture à l’instruction insuffisante …!

En 2000, suite à l’alternance, le Président Abdoulaye Wade et son Premier Ministre monsieur Moustapha Niasse avaient dévoilé l’équipe qui allait diriger l’Etat du Sénégal un 3 avril avec 29 membres.

Dans cette équipe, on retrouvait une ministre de l’Education Nationale, Madame Marie Lucienne Tissa Mbengue qui après vérification n’avait pas le profil de l’emploi. Car, elle n’était qu’une institutrice de formation à qui l’on devait remettre la grosse machine de l’éducation Nationale qui regroupait des professeurs d’Université, et autres mouvements syndicalistes allant des enseignants aux élèves et étudiants.

Il a donc fallu 12 jours, pour que le Président Abdoulaye Wade et Moustapha Niasse décidèrent de remanier le premier gouvernement de l’alternance pour se séparer d’une Ministre de l’Education Nationale qui avait humblement reconnu qu’elle ne pouvait pas prendre en charge un tel ministère …

Comme signe prémonitoire, Abdoulaye Wade a quitté le pouvoir en 2012 par une belle défaite électorale, parce qu’il n’avait certainement pas la sagesse de cette dame !

Mais si nous évoquons ce passé du gouvernement de l’alternance en 2000, c’est parce que nous avons plus au moins le même scénario qui se répète.

En effet, même si nous ne croyons pas que Youssou Ndour, le chanteur de renommée internationale dont il s’agit ici, va démissionner de son poste de ministre de la culture et du tourisme; nous restons néanmoins peu convaincu du choix qui a été fait par le Président Macky Sall et son premier Ministre Abdoul Mbaye de lui octroyer le ministère de la Culture.

Historiquement, ce Ministère est lié au Président Senghor qui en avait fait son propre cabinet des Affaires Culturelles. Il a fallu d’ailleurs attendre (une question que nous avons étudié) le FESMAN en 1966, pour voir le Président Senghor « ami » d’André Malraux (un autre Ministre de la Culture) créer un ministère de la culture sans jamais s’en détacher totalement. C’était sa chasse gardée.

En outre, le Ministère de la Culture a aussi une grande part dans l’Education Nationale Sénégalaise avec la confection des manuels scolaires. En d’autres termes, on va demander à un Ministre de la culture qui n’a jamais été à l’école de se charger des lieux de transmission de la connaissance éducative des jeunes sénégalais.

Non, il n’y a ici aucun sentiment d’élitisme…!
Le problème c’est que le Président Macky Sall et son Premier Ministre n’ont pas pris le temps de lire les travaux déjà fait sur les systèmes éducatifs et culturels Sénégalais. Ils auraient compris qu’autant il serait contestable de confier un instituteur la charge de l’éducation autant il serait dommageable d’associer culture et tourisme pour les confier à un autodidacte, même s’il se nomme Youssou Ndour.

Bien évidemment, nous savons que depuis le départ du président Senghor, ses successeurs n’ont eu aucune approche philosophique de la culture et n’y voyait que le côté commercial et folklorique. C’est certainement ce qui justifie aujourd’hui le choix de youssou Ndour.

Youssou Ndour président du Sénégal, nous n’y voyions aucun éconvénient… C’est quoi être président après tout !

Mais Youssou Ndour, Ministre de la Culture du Pays de Senghor, c’est très difficile pour nous qui avons passé des années à étudier la conception senghorienne de la culture.

Quoi qu’il en soit, bonne chance!
Mais nous ne serons pas les seuls à croire que la culture est ainsi tombée de Senghor à Scylla

Update: Désolé pour ceux qui croient qu’il s’agit d’un certain élitisme de diplômés…Voyez ailleurs ce que nous disions sur You. Mais, vous semblez ignorer tout du département de la culture (- et de l’éducation culturelle) au Sénégal, nous l’avons étudié et savons qu’il est en partie lié à la diplomatie (UNESCO)… Il y a juste une tradition que nous aurions aimé voir continuer, même nous savons que depuis Wade tout a changé !
Vous avez dit diplomatie ?
Certes, Youssou Ndour est aussi un « produit » diplomatique, alors pourquoi n’avoir pas choisi de lui confier le Ministère des Affaires Etrangères (et du Tourisme si vous voulez)?
En plus, il ne sera pas bien entouré, nous le savons déjà, parce qu’il y a un autre problème de gestion de compétences dans le monde de la culture singulièrement. Chiche !!!

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour On peut accepter un président de la République qui manque de culture, mais pas un ministre de la culture à l’instruction insuffisante …!

  1. Lord Lamine dit :

    a beau s’envoler dans les airs le chat retombe toujours sur ses pattes. Mon cher ne soyez pas étonné que tout cela soit du déjà vu parce que le fond de commerce de notre cher Président c’est du clientélisme, du népotisme et du copinage. Et on fait forcément abstraction de la philosophie « the right man at the right place »

Les commentaires sont fermés.