Macky Sall succède à Abdoulaye Wade

Né un 11 décembre 1961, Macky SALL détient une maîtrise avec mémoire (« Caractérisation de l’activité pouzzolanique des matériaux volcaniques : Exemple du volcanisme des mamelles (Sénégal)« ) qui a obtenu la mention Bien et présenté à l’Institution des Sciences de la Terre (IST) en 1989. Il est de la promotion de 1988, troisième promotion de cette institution.

Membre du parti démocratique (PDS du président Abdoulaye Wade) depuis qu’il était étudiant. Il sera président au lendemain de l’alternance d’une structure opportuniste appelée « cadres du parti démocratique« , qui n’était rien d’autre qu’une machine pour permettre au PDS de « mettre à la porte » l’opposition qui avait soutenu Abdoulaye Wade aux élections présidentielles de 2000.

Le discours des « cadres du PDS » sera particulièrement virulent envers les anciens alliés du président Abdoulaye Wade, comme pour montrer que le parti libéral qui était alors vidé de sa matière grise par le parti socialiste du Président Abdou Diouf avait désormais une élite capable de défendre les acquis de l’alternance.

C’est ainsi qu’en mai 2001 à novembre 2002, au moment où la coalition qui avait amené Abdoulaye Wade au pouvoir rencontrait ses premiers couacs, Macky Sall entre comme on pouvait s’y attendre dans le gouvernement. Après avoir d’abord été pistonné à la tête de la Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN) de décembre 2000 à juillet 2001 par Abdoulaye Wade himself , voilà comment Macky Sall pouvait donc occuper le Ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique à la place du professeur Abdoulaye Bathily.

Quand le compagnonnage de l’alternance fut consommé pratiquement à 95% (si l’on laisse quelques miettes à Landing Savané et son parti), avec l’arrivée de Madame Mame Madior Boye comme chef de gouvernement, Macky Sall est nommé Ministre d’État, ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique entre novembre 2002 à août 2003.

Il faut attendre l’arrivée d’Idrissa Seck comme Premier Ministre, pour le voir acquérir un autre gallon à partir du mois d’août 2003 jusqu’à avril 2004, il était alors Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et Porte-parole du gouvernement d’Idrissa Seck.

A la veille du divorce entre Idrissa Seck et Abdoulaye Wade, l’ancien président des Cadres du parti (structure moribonde pour ne pas dire disparue depuis que son inventeur est devenu ministre – pour le rappeler) Macky Sall devient le pion essentiel de Wade pour changer de Premier Ministre.

Choisi comme vice-président du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), il est au même mois d’Avril, plus précisément le 21 avril 2004, nommé Premier ministre du Président Abdoulaye Wade et c’est lui-même qui se chargea de justifier l’expédition d’Idrissa Seck ex-premier ministre qu’il remplace en prison. (Les législatives prochaines seront certainement un moment véridique pour les deux hommes….)

Il sera donc chef du gouvernement à partir de 2004, deviendra directeur de Campagne d’Abdoulaye Wade en 2007. Une longévité aux côtés du Président Abdoulaye Wade qui avait été expliquée à l’époque par le fait que Macky Sall serait très docile devant Wade contrairement aux autres premiers ministres qui aimaient défier l’intelligence du maître.

Après la réelection du Président Abdoulaye Wade en 20007, il se retrouve dans une Assemblée Nationale dont il occupe la présidence de l’hémicycle après des élections législatives boycottées par l’opposition du Sénégal (la même opposition qui l’a soutenu au second tour contre son mentor Wade, il doit avoir de bons marabouts ce Macky Sall). C’est le dernier poste qu’il occupera au nom du PDS à partir du 20 juin 2007 jusqu’à la date de sa proclamation de rupture avec le PDS et tous les avantages que le parti lui donnait jusque là, le 9 novembre 2008.

La brouille entre Macky Sall et Me Wade viendrait du fait que le premier aurait cherché à auditer l’ANOCI du fils Wade. En d’autres termes, devenu Président de l’Assemblée Nationale, Macky Sall ne serait plus docile, mais prêt à défier Wade.

Quoi qu’il en soit, il était l’homme politique le plus achevé en occupant successivement la Primature et l’Assemblée Nationale sous le régime Abdoulaye Wade. Seule donc la Présidence de la République était la plus haute fonction étatique (si l’on se dit que le Sénat n’est pas mieux logé que l’Assemblée Nationale) qui lui restait à briguer…

En somme, de l’alternance en 2000 au 1er décembre 2008, Macky Sall était au coeur du système du parti démocratique sénégalais. Soit pendant 8 ans sur les 12 ans du bilan d’Abdoulaye Wade.
Est-ce un opposant de Wade ?

En réalité, Macky Sall appartient à la « néo-opposition parricidaire » qui lutte pour la succession du Président Abdoulaye. Et pour cela, il lui a fallu 4 ans dans l’opposition pour devenir 4e président de la République du Sénégal et successeur d’Abdoulaye Wade. La question qui se pose est de savoir quel type d’alliance il va construire pour aller aux législatives prochaines (juin 2012): sans ou avec le PDS ?

Wade aurait appelé hier soir (le jour même du vote dès connaissance des premières tendances lourdes) pour féliciter son successeur… Et encore une fois, où est la violence et le KO que tout le monde attendait ?
Va-t-on continuer à manquer de respect aux institutions africaines ?

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.