Sacré Sarko, mènerait-il un « RAID » pour monter dans les sondages ?

A Monsieur, Christian Prouteau, la « mort de Merah » et la « survivance politique de Sarkozy » (devrions-nous ajouter) serait la résultante d’un dernier « assaut [du], Raid mené sans schéma tactique? ».

Mais pour combien de temps ?

Un conseil surtout, que l’antisarkozysme ne vous jette point dans l’hollandophilie les yeux fermés. Prenez le temps de lire leurs programmes surtout, allez écouter tous les candidats sans distinction médiatique allais-je dire !

Allez plus sérieux, prions pour le repos de l’âme de ceux qui ont été tués par ce « terroriste, racaille domestique » et pour clore le commentaire, voici un article que je vous conseille de lire:

Mort de Merah. L’assaut du Raid mené sans schéma tactique?
Christian Prouteau, fondateur et ex-commandant du GIGN (Groupe d’interventionde la Gendarmerie nationale), unité d’élite concurrente du Raid (police), critique avec sévérité l’intervention du Raid, jeudi à Toulouse. Il explique notamment que l’assaut a été mené sans schéma tactique précis.

Cela vous étonne-t-il que l’opération du Raid se termine par la mort du forcené ?

Oui. Comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ? Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène à très haute dose («incapaciteur» respiratoire). Il n’aurait pas tenu cinq minutes. Au lieu de ça, ils ont balancé des grenades à tour de bras. Résultat : ça a mis le forcené dans un état psychologique qui l’a incité à continuer sa « guerre ». D’autant qu’il avait prévenu qu’il irait jusqu’au bout, qu’il finirait avec les armes.

Le forcené aurait pu avoirdes bouteilles de gaz ou un pain de plastique et faire exploser l’immeuble…

Oui. Habituellement, on évacue les voisins avant. En fait, je pense que cette opération a été menée sans schéma tactique précis. C’est bien là le problème.

Cette opération était-elle l’unique solution ?

Non. On aurait pu lui tendre une souricière. Attendre qu’il sorte et le coincer. Cela peut paraître présomptueux mais, en soixante-quatre opérations menées par le GIGN sous mon commandement, il n’y a pas eu un mort.

Recueilli par Jean-François MARTIN.
http://www.ouest-france.fr

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.