Sénégal: Homosexualité,campagne anti-marabout… ces erreurs du candidat Macky Sall

Macky Sall ne cesse de commettre des erreurs politiques dans un Sénégal où certains sujets méritent d’être abordés avec beaucoup de sagesse.

En effet, après sa bourde sur les marabouts, Macky Sall « candidat par défaut » au second tour après l’échec de Benno – (alors qu’il s’était dédit) -, reprend les mêmes propos anti-pouvoir religieux dans un organe de presse français, La Croix pour ne pas le nommer.

Votre premier réflexe a été de vous rendre à Touba, la ville sainte des mourides où le président Wade vous a précédé. Les confréries sont-elles un passage obligé au Sénégal pour gagner les élections ?

On ne peut pas se rendre à Touba sans aller saluer le khalife général des mourides. Certes, les chefs religieux jouent un rôle – social – très important au Sénégal. Sur le plan politique, toutefois, ce sont des citoyens comme tous les autres. Dans le domaine religieux, privé, le marabout peut être l’autorité du président ou son chef spirituel, mais pas dans la vie publique. Si je suis allé à Touba, c’est parce qu’il s’agit d’un immense réservoir électoral. Mais, en ce qui me concerne, il est exclu d’accorder des faveurs ou un statut particulier aux marabouts.(La Croix 11 mars 2012)

No comment…
Or, quand il s’agit de l’homosexualité, on apprend que :

En cas de victoire, ‘’nous la gérerons de façon responsable avec toutes les forces vives qui sont mobilisées pour donner une société moderne au Sénégal’’, a dit M. Sall, en réponse à une question sur la dépénalisation de l’homosexualité, samedi lors d’une conférence de presse avec d’anciens candidats au premier tour.(APS, 10 mars 2012)

No comment…

Nonobstant, si l’on réfléchit sur toutes ces questions relatives à la transformation radicale de la société sénégalaise qui devrait entrer dans une modernité occidentale, on se rend compte que le candidat Macky Sall n’est pas assez prudent pour ne pas dire dangereux et qu’il surestime sa position d’homme du deuxième tour.

En effet, il suffit de se poser la question de savoir si la société sénégalaise est prête à entendre autant de promesses contraires à la réalité sociale. Pourquoi monsieur Sall tombe si facilement dans des sujets qui risquent de faire l’actualité ignorant que les Sénégalais attendent qu’on leur apporte des réponses sur leur pouvoir d’achat ?

Ce deuxième tour, c’est réellement une campagne inutile !

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.