Production intellectuelle et argumentation politique : Réfléchir sur « le déni des cultures » et contre le discours politique sur les civilisations autres ?

De nos jours, tout jeune militant conviendrait que les partis politiques « dominants » préfèrent offrir des « discours programmes » aux électeurs et peu renseigner sur leurs idéologies. Qu’est-ce que la « droite » ou la « gauche » et leurs « extrêmes » en politique ? Sont-ce là de simples notions utiles à la rhétorique politique destinées à charmer une catégorie de citoyens ?

Au-delà des réponses possibles, il n’en demeure pas moins nécessaire de supposer, à la veille des élections présidentielles françaises (comme nous l’avions fait ailleurs sur le « Sénégal : Une révolution sans marabout est-elle possible ? ») que le discours politique en plus d’être toujours lié à une idéologie, est actualisé par une production intellectuelle qui lui est contemporaine. On peut ainsi trouver sous un régime de « droite » par exemple, la promotion d’un certain nombre de travaux de recherches destinés « à repenser l’idée de l’identité française face au poids des origines ethniques » (L’Express, septembre 2010). Et dans ce registre (de récupération par le politique), nous retrouvons le travail du sociologue Hugues Lagrange Le Déni des cultures que nous aimerions exploiter ici pour enrichir la réflexion sur l’immigration et le danger des civilisations autres.

Hugues Lagrange est certainement conscient que son travail servira à consolider les stéréotypes négatifs envers les populations issues de l’immigration et plus particulièrement les Mélano-français dont les parents viennent du Sahel (pour particulariser par rapport aux Afriques). Un rapide coup d’œil révèle que, Le Déni des cultures fait une généralisation universelle sans études transculturelles préalables sur les questions sociales dans des pays où l’on trouve des Mélano-africains.

Veuillez lire la suite…sur afrik.com

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.