Revue de presse Sénégal: La part des alliances pour le second tour de la présidentielle en exergue

Des quotidiens soulignent lundi en priorité le poids des alliances nouées par Macky Sall pour le second tour de la présidentielle dont le sujet se trouve par ailleurs abondamment traité par la presse à travers les stratégies des deux candidats encore en lice et les consignes de vote dont ils pourraient bénéficier.

‘’Le temps des enchères’’, note à sa une Sud Quotidien. ‘’Les deux camps appelés à s’affronter le 25 mars prochain enchérissent à qui mieux’’, poursuit le journal selon qui, à côté des engagements et des déclarations d’intention, ‘’des propositions parfois sonnantes ou +concrètes+ sont également mises sur la table pour rallier les voix’’.

‘’Macky Sall sous le poids des alliances’’, souligne à son tour Rewmi quotidien. ‘’Le président de l’APR entre le marteau des promesses politiques et l’enclume de la demande sociale’’, écrit le journal, avant de prédire que le candidat de la coalition Macky2012 ‘’sera l’otage des appareils politiques’’ et de fait ‘’aura les mains liées’’.

Macky Sall ‘’se livrera à des jeux d’équilibre pour contenter tout le monde. Ce qui sera dommageable pour une jeune démocratie qui sera prise en orage par des alliances contre-nature. Jusqu’à quel point’’, poursuit Rewmi quotidien.

‘’Des alliances et des soucis pour Macky’’, renchérit Walfadjri. ‘’Le sujet est sur toutes les lèvres : comment Macky Sall récompensera-t-il toutes ces structures et autres partis politiques qui ont répondu positivement à son appel ?’’, se demande l’aîné des quotidiens du groupe Walfadjri.

‘’Pourtant, ce n’est pas plus compliqué que cela. Le contexte dans lequel le candidat de la coalition Macky2012 est arrivé au second tour et probablement au pouvoir, plaide en sa faveur, plus que Wade en 2000’’, estime pourtant Walfadjri.

Focus également pointe chez le candidat de l’opposition le ‘’piège des alliances et des promesses’’. Notant que Macky Sall ‘’ratisse large, en poursuivant sa série de rencontres avec les candidats malheureux au premier tour de l’élection présidentielle, le journal se demande si ces soutiens ne seraient pas ‘’source de conflits demain ?’’.

‘’Macky et ses ralliements, Me Wade et ses ndiguel (consignes de vote, NDLR). Qui gagnera ?’’, s’interroge de façon générale La Tribune. ‘’Au regard des soutiens engrangés par Macky Sall en perspective du deuxième tour de scrutin présidentiel, on peut sans prétention dire que les carottes sont cuites pour le vieux président sortant’’, analyse le journal.

‘’En tout cas, poursuit La Tribune, au rythme où se succèdent les soutiens, le leader de l’APR est bien parti pour remporter la finale du 25 mars. Sauf retournement de situation, le maire de Fatick (…) va assurer le +dogali+ (achèvement) du régime’’ libéral en place depuis mars 2000 et dont il a été l’un des caciques avant de se retrouver dans l’opposition.

Concernant toujours les alliances en vue du second tour, Enquête estime que Touba, la capitale du mouridisme, se trouve ‘’dans l’œil du cyclone’’, notamment après les déclarations de Ckeikh Béthio Thioune, qui a donné une consigne de vote en faveur du président sortant.

Selon le responsable du Cercle des intellectuels soufis, Serigne Fallou Dieng, dont les propos sont cités par Enquête, le président sortant ‘’se sert de la ville sainte comme bouclier’’ et ‘’a mis les guides religieux dans un engrenage difficile à sortir’’. Par conséquent, poursuit-il, le khalife général des mourides Serigne Sidy Mactar ‘’doit réagir’’.

‘’Confusion’’, titre L’Office parlant des consignes de vote pour le second tour émanant des politiques comme des religieux. ‘’Les bases se rebellent contre les états-majors’’, écrit le journal à propos notamment des candidats malheureux du premier tour de la présidentielle qui se sont tous ralliés au challenger du président sortant.

Celui-ci par contre peut compter sur les consignes de vote données par certains marabouts de Touba, au moment où le khalife général des mourides, l’autorité suprême de cette confrérie, est resté silencieux sur cette question, poursuit L’Office.

Thiey Le journal rebondit quelque part sur ce dernier point et rapporte que les anciens du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) à Touba, ‘’remobilisent pour la victoire de Me Wade’’. Ils ont à cet effet convoqué la presse pour lui faire part de ‘’leur détermination à travailler pour la réélection de leur candidat avec un taux de 80 % dans la capitale du mouridisme’’.

Partant, Le Pays au quotidien estime que ‘’Wade engage le corps-à-corps électoral’’ à travers une stratégie de ‘’conquête des zones perdues’’ doublée d’une ‘’nouvelle offre politique’’, tout en crevant ‘’l’abcès’’ sur sa succession. Il ‘’n’envisage point de laisser son électorat s’essouffler, encore moins se disloquer’’ et a pour cela décidé de replonger en campagne dès jeudi, rapporte le même quotidien.

Des quotidiens comme L’Observateur, Le Populaire et Le Quotidien reviennent sur les rapports entre Serigne Saliou Mbacké, le défunt Khalife général des mourides, et le monde politique, pour mieux mettre en exergue le sens de la consigne de vote de Cheikh Béthio Thioune, qui se réclame de lui, en faveur du président sortant.

‘’Les questions politiques ne font pas partie de ma mission’’, avait coutume de dire Serigne Saliou Saliou Mbacké qui a toute sa vie durant maintenu une distance avec la politique. Exactement à l’opposé de Cheikh Béthio Thioune, considéré comme un de ses disciples les emblématique. Thioune a appelé à voter Wade au premier et au deuxième tour de la présidentielle.

Les quotidiens sportifs Walf Sports et Stades s’intéressent respectivement à la lutte et au sport. Le premier évoque les divergences entre Balla Gaye 2 et son entraîneur, alors que le combat du premier contre Yekini se profile à l’horizon. ‘’Si Balla Gaye 2 le veut, il reste. Sinon, il peut partir’’, dit son coach.

Pour Amara Traoré, l’ancien entraineur des Lions limogé après les mauvais résultats enregistrés par l’équipe sénégalais lors de la dernière CAN, le Sénégal n’a d’avenir qu’avec l’équipe de Bata, selon des propos rapportés à sa une par Stades. Il confie aussi au journal spécialisé que la Fédération sénégalaise de football (FSF) reste lui devoir deux mois de salaire ainsi que le reliquat de son contrat.

Dakar, 5 mars (APS) –
BK/ASG

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.