Sénégal: Macky Sall, l’ex marxiste-léniniste s’attaque aux Marabouts et risque gros

Le candidat Macky Sall qui a accédé au second tour de l’élection présidentielle sénégalaise ne cesse de commettre des erreurs politiques. C’est notre avis.

D’abord il y a les promesses tous azimuts de celui dans l’euphorie du 2nd tour, tout en refusant de se reconnaître dans le passé du régime de Wade et puis une dernière erreur qui consiste à menacer la société civile traditionnelle sénégalaise: les chefs religieux !

Primo, se considérant déjà comme le futur président du Sénégal, il a vite fait d’oublier son bilan de Ministre des mines, de l’intérieur, de premier ministre, de directeur de campagne et de président de l’Assemblée sénégalaise jusqu’en (de 2004-)2007 et numéro 2 du parti au pouvoir jusqu’à fin 2008; année où il fut en disgrâce au sein du régime du Président Abdoulaye Wade.

Le voici qui promet la fin des choses que lui-même avait contribué à la mise en place quand il était responsable du parti libéral où il commença à gravir les échelons en tant que président du cercle de réflexion des intellectuels pro-Wade. Il promet par exemple une nouvelle réforme constitutionnelle.

Mais voici qu’est-ce qui avait été changé dans cette même constitution sous les yeux et avec la bénédiction de Monsieur Macky Sall:

Constitution de la République du Sénégal référendaire du 22 janvier 2001, telle que modifiée (ou consolidée selon) sous le régime du Président Abdoulaye Wade et de son ex-Premier Ministre, Président de l’Assemblée Nationale monsieur Macky Sall :

• la Loi n° 2003-15 du 19 juin 2003 portant révision de la constitution et instituant un Conseil de la République pour les Affaires économiques et sociales,
– Notons au passage la loi n° 2006-20 du 30 juin 2006 relative au vote des membres des corps militaires, paramilitaires et autres…

• la Loi n° 2006-37 du 15 novembre 2006 modifiant l’article 33 de la
Constitution, [C’est l’article sur la suppléance du président de la République en cas de démission, d’empêchement ou de décès].

• la Loi constitutionnelle n° 2007-06 du 12 février 2007 créant un
Sénat, / • la Loi constitutionnelle n° 2007-19 du 19 février 2007 modifiant l’article 34 de la Constitution [en rapport avec le 33],/ • la Loi constitutionnelle n° 2007-26 du 25 mai 2007 relative au
Sénat, / • la Loi constitutionnelle n° 2008-30 du 07 août 2008 modifiant les articles 7, 63, 68, 71 et 82 de la Constitution [voir art.33]; / • la Loi constitutionnelle n° 2008-31 du 07 août 2008 portant suppression du Conseil de la République pour les Affaires
économiques et sociales ; / • la Loi constitutionnelle n° 2008-32 du 07 août 2008 portant création du Conseil Economique et Social (CES); / • la Loi constitutionnelle n° 2008-33 du 07 août 2008 modifiant les articles 9 et 95 et complétant les articles 62 et 92 de la
Constitution;

Ce n’est pas encore fini….

• la Loi constitutionnelle n° 2008-34 du 07 août 2008 portant révision de la Constitution [Sous l’honorable député président de l’Assemblée Nationale monsieur Macky Sall];

• la loi constitutionnelle n° 2008-66 du 21 octobre 2008 modifiant la
première phrase de l’alinéa premier de l’article 27 de la
Constitution … [Si, si, si… vous ne rêvez pas, c’était toujours sous Macky Sall, il est le premier responsable en chef de la crise électorale que nous avons aujourd’hui sur la validité ou non de la candidature d’Abdoulaye Wade];

• la loi constitutionnelle n° 2008-67 du 21 octobre 2008 portant
modification de l’article 62, alinéa 1er de la Constitution (et bien d’autres modifications…)

La dernière modification « n° 2008-67 du 21 octobre 2008 portant
modification de l’article 62 » est liée à l’amendement d’un député du même parti un 22 septembre 2008, afin de trouver un moyen d’évincer Macky Sall de la tête de l’hémicycle après services rendus à Wade en lui taillant sur mesure une constitution contestée tout au long de ces dernières élections présidentielles

Ne me parlez pas d’ironie du sort !

Certes la grande majorité des Sénégalais votent sans se soucier de lire les programmes des candidats (qui connaît le programme de Macky Sall, sinon qu’il vient de s’accaparer celui des Assises Nationales qu’il ne voulait pas?) ou de faire le bilan du régime passé où Macky Sall a une grande part de responsabilité. On veut comme le claironne tout le monde le départ de Wade et on ferme les yeux sur le reste avec le prétexte qu’ils détiennent leurs cartes d’électeurs pour chasser le prochain « mauvais président ».

Ne faut-il pas en rire?
Car, aussi longtemps que nous resterons dans le domaine du bilan des candidats, Macky Sall peut se dédouaner comme il peut, garder ses espoirs de gagner sans aucune crainte d’être interpellé sur son passé « à lui futur président » formé par le système qu’il suppose combattre.

Eh oui, c’est nous autres qui allons nous attarder sur les promesses politiques d’un candidat qui n’a pas encore fait son bilan. Ces questions qui n’excitent guère le logos du citoyen sénégalais qui voterait, pour ce dernier, Macky Sall a été déjà un premier ministre…point.

Nous ne sommes partisans d’aucun candidat sauf jaloux de garder notre liberté à pouvoir analyser les situations. Sur ce plan, ils sont pas nombreux les petits rebelles de la pensée…

Néanmoins, là où le citoyen-votant peut ou pourrait réagir, là où l’erreur est impardonnable – quoi qu’en pensent les excités du net qui croient que la révolution pouvait se mener par des tweets, des commentaires anti-x ou y sur la toile – c’est quand Macky Sall s’en prend aux Marabouts.

En effet, l’heureux candidat au second tour monsieur Macky Sall promet monts et merveilles à tout le monde sauf les Marabouts à qui il promet « l’enfer du citoyen lambda ».

Il ose entrevoir dans son régime la possible réduction du « citoyen guide religieux », c’est-à-dire les Califes et autres membres des confréries, au même pied d’égalité que le « citoyen disciple ». Celui là qui a volontairement accepté d’avoir une certaine reconnaissance envers le pouvoir spirituel, cette « société-civile » séculaire.

Le texte que nous avions mis en ligne ici a eu un certain effet au Sénégal au point que la réflexion semble se poser au sein de l’élite dirigeante. Et l’ex-marxiste-léniniste joue gros en faisant un coming out aussi maladroit, en s’en prenant de front aux guides religieux, cette élite si utile au Sénégal.

Attendons la suite…
P.s: Tout candidat qui croit que les Marabouts doivent être respectés et méritent ce respect, à l’image d’Idrissa Seck, peut à cet instant précis trouver un moyen de ne pas soutenir Macky Sall. La « guerre  ou plutôt la chasse politique » est ouverte… ?

Update…
Sur cette vidéo (où vous entrevoyez Youssou Ndour), Macky Sall revient sur son propos de la veille sur les marabouts. On retient juste une chose, il cite un sagesse qui dit que « Satan ne dit jamais la vérité mas il sait installer la confusion« , pour ensuite se confondre dans une sorte de louanges envers les guides religieux.

Mais voici ce qu’il disait en réalité à propos de « ses relations avec la classe maraboutique » répondant à la question d’une journaliste [N.A.L]:

 » Les marabouts sont des citoyens. Ils sont soumis à la loi …hein…comme tout le monde [en wolof….] Dans le domaine religieux privé le marabout peut être l’autorité du Président ou son chef spirituel mais dans la vie publique il ne peut pas l’être… Parce que le Marabout est citoyen comme tous les autres citoyens, donc les choses doivent être claires…Je crois que depuis Senghor il n’y a jamais eu ce problème. Le Président Senghor était catholique et il a dirigé ce pays… c’était l’ami de tous les religieux… pourquoi aujourd’hui ….un statut particulier du marabout dans une  République, ça n’existera pas. Ça je le dis clairement, nous sommes une République démocratique et laïque où la liberté de culte sera garantie pour toutes les religions, pour toutes les confréries. « 

Transcription de données audio  sur les propos de Macky Sall lors de sa conférence de presse du mercredi 29 février 2012 en préparation du second tour des élections présidentielles au Sénégal.

No comment

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sénégal: Macky Sall, l’ex marxiste-léniniste s’attaque aux Marabouts et risque gros

  1. Ping : Sénégal: Wade compte sur le ndigel maraboutique pour battre Macky et le ndigel du M23 | akan cHb

Les commentaires sont fermés.