Sénégal: Quand la vraie « société civile » défend l’Etat sous l’autorité du MINT

S’il vous plait lisez le texte suivant: Sénégal : une révolution sans marabout est-elle possible ?

Texte qui a été repris par ailleurs sur seneweb, premier site d’information en Afrique de l’Ouest (Sénégal) : une révolution sans marabout est-elle possible ?

Mais avant ou après, découvrez ce que dit ce chef religieux à propos des évènements qui ont suivi le jet d’une bombe lacrymogène dans un mausolée et que l’opposition anti-candidature de Wade a voulu instrumentaliser pour mettre à dos le régime Abdoulaye Wade ou plus particulièrement le ministre de l’intérieur (MINT) la confrérie religieuse de la Tidjanya sénégalaise à laquelle il appartient (pour l’info).

Pour la traduction, le chef religieux Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, fustige le comportements de certains éléments qui se réclament disciples et qui seraient venus devant la maison familiale où il accueillait le ministre de l’intérieur qui était là pour s’expliquer suite à l’incident que nous évoquions. Voici ce que disait le ministre de l’intérieur:

Mais ce que le ministre de l’intérieur qui s’était rendu à Tivaouane sur invitation du Calife général Serigne Abdoul Aziz Sy après la profanation du mausolée familial à la mosquée de El Hadji Malick Sy ne dit pas, c’est qu’il aurait été empêché de sortir de la maison pendant des heures. Il a donc fallu l’intervention de la Police pour l’escorter, mais après que Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, porte-parole du Khalife général des Tidianes ait donné l’ordre à la police de tirer des grenades lacrymogènes sur ces manifestants qui se considèrent comme disciples mais anti-présence du MINT.

Pour le guide religieux de la famille de Tivaoune, il n’était pas question de laisser des gens, des « inconnus surtout » après qu’il ait reçu une délégation de manifestants qui l’ont entendu, prendre en otage un hôte du Khalife. C’est le moindre respect qu’on pouvait témoigner à la famille en s’abstenant de venir menacer ses hôtes. Et c’était leur responsabilité d’assurer sa sécurité.

Voilà résumé, ce que vous pourriez comprendre dans la vidéo ci-dessous liée à l’intervention du porte-parole du Calife.
Quoi qu’il en soit, nous avons là une situation qui traduit la singularité du Sénégal où on entend déjà parler de CPI contre le MINT Ousmane Ngom et des officiers de Police.
N’est-ce pas purement risible qu’on veuille vous faire croire que la propagande CPI aurait quelques effets au Sénégal?

Comme le dit le guide religieux, ils ne sont pas des « djou’ala », des ignorants. Une manière de dire que la société sénégalaise ne se transformera pas sans l’action des élites islamisées dont leurs ancêtres ont joué un grand rôle dans la construction de l’Etat. Mais qui disait encore que la « vraie société civile » est constituée par ces intellectuels arabisés issus des confréries religieuses ?
Tout dépendra d’eux quand il s’agit du Grand-Djolof pour ne pas y inclure de facto le Pays Ajamaat !

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.