Venance Konan l’idéologue de l’ivoirité s’amène avec son trésor de guerre « fratmat » en Sénégambie

Il suffit de fouiller dans les archives de la presse ivoirienne (morceaux choisis) pour constater combien cet individu, j’ai nommé Venance Konan, est une moisissure de la terre africaine qui ne cesse de se développer comme toute chancissure dans les causes les plus obscures en développant des idées fausses dont les conséquences ne sont jamais assumées par lui.

Un intellectuel et homme politique ivoirien, connu pour ses analyses citoyennes assez pertinentes, parlant de Venance Konan disait:

Personnellement je le prends pour responsable en partie, de ce qui est arrivé à la Côte d’Ivoire. Venance Konan a été, avec Yao Noël et d’autres, à une époque, les thuriféraires de l’Ivoirité bon teint qui est à la source, comme le disent certaines personnes, du problème inextricable que nous avons à résoudre aujourd’hui. Je vous laisse apprécier le même auteur.

Mais tiens donc!
En parlant de « chancissure » (chancir = canere? = chanir = blanchir), voici comment cet homme qui avait séjourné dans le remugle le plus infect durant les années post-Houphouet / Henri Bédié a voulu se blanchir sous la Côte d’Ivoire divisée entre le régime Gbagbo et celui des chefs de guerre.
Celui qui disait à Ado le drame ivoirien, actuel président préfet de la Côte d’Ivoire, « qu’on ne prend pas un peuple comme on va prendre une prostituée » – on va finir par croire que Ouattara croit réellement en la réconciliation, car il a su pardonner son ennemi de l’époque qui pouvait parler de manière subliminale de la prostituée d’Ado qu’il ne fallait pas confondre avec la Côte d’Ivoire -, le même qui réfutait preuves à l’appui la nationalité ivoirienne d’Ado sous des titres comme « c’est quel ivoirien ça ? » avait encore frappé contre la Côte d’Ivoire en osant laisser croire dans les médias occidentaux que Laurent Gbagbo serait le père de l’ivoirité.

Mais, à peine une quinzaine de jours après le kidnapping de Gbagbo par l’armée française sous Sarkozy, Venance Konan est « nommé Directeur Général de fraternité Matin, le quotidien pro-gouvernemental« .
Belle récompense pour celui qui a l’art d’écrire des éditos au formalisme hypocrite (aussi longtemps qu’on pourra se permettre de croire que la perfection morale existe).

Mais quelle autre gloriole Vénance Konan chercherait-il en Sénégambie alors qu’il y a tant de choses à dire en Côte d’Ivoire aussi longtemps qu’il serait question de parler de rébellions et de chefs de guerre en Afrique?

En effet depuis le début de l’année 2012, Fraternité Matin sous Venance Konan ne cesse de produire des textes (au moins 3 alors qu’on est en Janvier 2012) sur le conflit casamançais.

Le journal pro-Outtara est-il sur un « filon » médiatique à la veille des élections au Sénégal ?
C’est une affaire à suivre. Nous restons convaincu qu’on ne peut pas comparer le MFDC et les rébellions ivoiriennes. Nous n’avons affaire avec des putschistes dans le conflit casamançais.

Aussi sommes-nous tentés de croire que le vrai ennemi du régime de Wade aujourd’hui, ce n’est pas Laurent Gbagbo. Il peut se faire plaisir en tirant sur le cadavre de Gbagbo, mais il n’est pas aussi stupide au point de croire que pour bien redémarrer l’économie ivoirienne Ouattara serait prêt a lui abandonner tout ce qu’il a récupéré à la Côte d’Ivoire en crise et qui fait aujourd’hui les beaux jours de l’économie sénégalaise.

Comme le dit si bien la philosophie wolof, « les souverains ne seront attachés par les liens de parenté ». En d’autres termes pour Kocc Barma Fall, il n’existe pas de fraternité réelle entre les Etats. Mais une logique implacable d’intérêts tactiques les lient. Ouattara autant que Gbagbo naguère, ont besoin d’un Sénégal fort derrière une Côte d’Ivoire forte, c’est-à-dire d’un Sénégal moins fort que la Côte d’Ivoire. Et ceux qui ont une petite connaissance de l’histoire de l’AOF coloniale savent pertinemment que la Côte d’Ivoire a été la soeur la plus jalouse de sa domination sur tous les autres pays de l’Afrique de l’Ouest.

Autant de raisons qui justifient notre interrogation sur l’intérêt immédiat que Vénance Konan, ce propagandiste à l’intellectualisme douteux, porte sur la zone sud de la Sénégambie. Ce n’est certainement pas pour plaider la cause du MFDC et pour quelle raison le ferait-il ?

D’ailleurs, quoi qu’il en soit, il nous semble que cet homme restera toujours un mercenaire en cravate prêt à participer par de douteuses actions rémunérées à l’entrave de la souveraineté des peuples africains !

Il n’y a jamais deux sans trois n’est-ce pas ?

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.