Monsieur le Président Youssou Ndour …

Parti de rien, Youssou Ndour souvent connu sous le nom de « Roi du Mbalax » musique dominante sénégalaise est devenue une Star internationale. Et dans la foulée en tant que manager de son groupe, propriétaire de son propre studio de musique, il a par expérience acquis le grade d’administrateur de son entreprise et homme d’affaires et banquier avec le lancement de sa société de « micro-crédits ».

Une chose qu’on ne peut ignorer chez Youssou Ndour, c’est qu’il a toujours fréquenté les hommes politiques pour les besoins de son entreprise que ce soit et cela on le dit souvent pour des questions de taxes, car les politiques aimant appuyer sur ce bouton afin de réduire les artistes engagés au silence.

Mais Youssou a su exploité son talent caché de négociateur mais aussi de politicien sénégalais pour amadouer les différents régimes qui se sont succédés au Sénégal. C’est dire donc que, depuis toujours, ce citoyen qui a certainement toujours voté pour tel ou tel homme politique – si l’on se tient à l’idée qu’il n’a pas de carte de parti et qu’il préfère se tenir hors du champ des partisans en se contentant de remplir son acte de citoyen – a toujours fait de la politique de manière indirecte.

D’ailleurs, quand il s’autorise à dire que: « la politique, ça ne m’intéresse pas ! » (AFP),tout individu qui a l’habitude d’entendre parler les hommes politiques aurait senti que derrière ces mots se cachent une ambition. Car en 2007 déjà, le même Youssou Ndour réfléchissait à l’idée de « se lancer dans la politique pour répondre à de nombreuses sollicitations jusque-là ignorées, selon ses confidences rapportées alors par l’Agence de presse sénégalaise » (AFP).

En outre, avec tous les investissements que Youssou Ndour a au Sénégal, nous pouvons nous poser la question qui mérite réellement de prendre en main les destinées de ce pays. Ceux qui investissent ou ceux qui passent par la politique pour s’enrichir et ensuite vont investir ailleurs ?

N’étant pas politique, je me base très souvent sur mon travail de recherches pour analyser la société sénéglaise. J’ai étudié dans ma thèse de doctorat (laisser moi me vanter) la problématique des institutions anciennes Africaines. Aussi, je comprends qu’à chaque fois qu’il y a élection on veuille renvoyer tel ou tel candidat à l’équation de son identité sociale. Une vraie mascarade infondée, car je ne partage pas et je le démontre les commentaires qu’on fait sur l’organisation sociale au Sénégal.

Youssou Ndour n’est pas plus griot qu’un Diola, Ajamaat plutôt qui dans sa société est obligé de se faire ses propres chansons. Or, la société Ajamaat est celle ou il n’existe aucune hiérarchisation sociale. Dès lors, Youssou Ndour est avant tout un homme qui a réussi socialement par la chanson, mais aussi une chef d’entreprise et un investisseur.

Il fait partie de ces gens qui ont investi, beaucoup investi, toujours investi et investissent encore. Les Atépa, les Kama… et j’en passe !

A leur opposé, il existe une élite qui fait de la politique, beaucoup, toujours, et encore de la politique pour s’enrichir grâce à elle et qui va investir ailleurs.

Soit monsieur Farba Senghor qui se permet de menacer Youssou Ndour. Malgré tous ses diplômes douteux, il est parti de rien et grâce à la politique, il est devenu un homme riche qui a pu investir son argent en des lieux sécurisés. Il n’a aucune entreprise rentable au Sénégal, il peut donc se permettre de jouer avec la stabilité du pays car il n’a jamais gagné l’argent à la sueur de son front mais au degré de sa connerie politicienne.

Entre donc ceux qui investissent au Sénégal et ceux qui volent ou qui grâce à la politique peuvent aller investirent ailleurs… dites vous une seconde, qui est le plus « méritant » pour devenir président ?

Entendons nous bien et on pourrait au moins s’accorder sur une chose:
Si le Sénégal brûle demain, Youssou Ndour et tant d’autres inconnus, seraient de ces grands perdant qui ont investi et qui voient leurs investissements détruits par l’inconscience politique qui règne dans le pays. C’est ma conviction !

Et comme je le disais plus haut en parlant de ma thèse et un petit peu dans HAC, à certains moments de l’histoire des « empires, sultanats, nations, provinces », des gens d’extraction modeste peuvent être des référents et mener à bien les aspirations de leurs sociétés !!!

Arrêtons l’élitisme, arrêtons de toujours nous référer à une mentalité qui nous a apporté que de la stagnation sur tous les plans. Si You veut se présenter aux élections présidentielles qu’il se présente. Car entre voter Youssou Ndour ou Farba Senghor par et pour l’exemple et même si c’était contre Wade, je crois que nombreux seront ceux qui n’hésiteraient pas une seule seconde à se décider.

Quant à moi, je leur demanderai une chose, lire l’Histoire authentique de la Casamance et apporter des réponses clairs à la problématique posée.

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.