Mort de Kadhafi / Quand la France se vantait d’apporter son savoir-faire policier à la Libye de Kadhafi

On s’est indigné – et à juste titre – d’entendre Michèle Alliot-Marie proposer une aide sécuritaire au régime de Ben Ali. Mais avec la Libye, nous en avons fait tout autant, si ce n’est plus, comme l’a souligné Mediapart.

Un rapport de l’Assemblée nationale précise noir sur blanc les conditions de cette coopération policière, établie en décembre 2007. Donc sous Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner étant alors ministre des Affaires étrangères. Et ce, lors de la visite de Kadhafi en France.

Kadhafi, tout le monde connait : dictateur, terroriste, mégalomane, etc. Et bien, pas tant que cela. En tous cas pas en 2009 où, bien au contraire, la France-pays-des-droits-de-l’homme se réjouissait d’apporter tout son savoir-faire policier à la Libye.

Le rapport 2159, rédigé par le député UMP Didier Julia, publié le 17 décembre 2009, porte sur la convention qui lie la France et Kadhafi.

Il a donné lieu par la suite à une l’adoption d’une convention entre la France et la Libye, adoptée le 22 février 2010 par l’Assemblée nationale.

Voici ce qu’on peut lire dans le rapport parlementaire :
« Un assistant technique français a été affecté en Libye en 2007, pour participer activement à la constitution d’une unité du même type que le RAID au sein de la direction générale de la sécurité générale. Le partenariat dans ce domaine est jugé satisfaisant.  »

« l’accent est mis sur la formation et l’échange d’expériences, afin d’aider les forces de l’ordre libyennes à rattraper leur retard par rapport aux pratiques de notre pays  »

« les échanges auxquels donnent lieux les stages de formation dispensés par les experts français laissent apparaître une marge de progression encore importante des policiers libyens. »

« La Libye a besoin de disposer de forces de sécurité mieux formées et organisées et à même d’utiliser des méthodes de travail modernes  »

Pour y parvenir, voici ce qui a été fait :

« Sept actions ont pu être réalisées et deux autres sont en cours de réalisation :
– l’envoi en France de deux officiers en stage sur la cybercriminalité ;

– l’envoi d’un officier supérieur dans le domaine de la protection des hautes personnalités et de quatre autres en apprentissage de la langue française ;

– l’immersion de deux officiers libyens au sein du RAID ;

– la réalisation du deuxième module de la formation « plongée défensive » ;

– l’organisation de la venue d’experts français en matière de sécurité des stades et de fraude documentaire ;

– deux formations sur site ont été dispensées par la délégation, l’une concernant le fonctionnement de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, l’autre dévolue à la phase préparatoire au « Libyan challenge » (compétition dans laquelle seront engagés quatre éléments de la future unité antiterroriste libyenne) ;

– enfin, est en cours de réalisation une formation en matière de « sécurité des stades » et de « plongée OXY ».

Une quinzaine d’actions de formation sont envisagées pour l’année 2010 dans les différents domaines de coopération couverts par la convention. »

La conclusion du rapport est sans appel : « La France et la Libye ont beaucoup à gagner à intensifier leur coopération en matière de sécurité et de lutte contre la criminalité organisée. La Libye a besoin de disposer de forces de sécurité mieux formées et organisées et à même d’utiliser des méthodes de travail modernes ; en l’y aidant, notre pays contribue à réduire les flux de migrants clandestins, le trafic de stupéfiants et l’action des mouvements terroristes qui transitent par la Libye. »

La discussion qui a suivi en commission a été expédiée rapidement. Seuls trois députés ont manifesté leur désaccord, Patrick Labaune (UMP), Jean-Michel Ferrand (UMP) et Jean-Paul Lecoq (Gauche démocrate et républicaine).

Ce dernier, qui évoquait ses objections, s’est entendu répondre par Didier Julia, par ailleurs membre du groupe d’études à vocation internationale sur la Libye : « Chacun sait que la construction de l’État de droit passe aussi par des forces de police bien formées. »

Il faut croire que cela passe surtout par le libre choix des peuples…

Appartement 3 pièces – Paris 16ème
Sources : Assemblée nationale , Légifrance, Mediapart.fr
http://www.lepost.fr
article/2011/02/24/

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations, Senegambiana. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mort de Kadhafi / Quand la France se vantait d’apporter son savoir-faire policier à la Libye de Kadhafi

  1. Bonjour,
    Si vous pouviez parler du Soudan et de ses pays limitrophes. cal m’apporterait quelques connaissances suite à cet article :
    http://vilistia.net/Autresauteurs/archives/3595

Les commentaires sont fermés.