Quelles conséquences des « victoires de petites causes » de l’OTAN et de la France en Afrique ?

Les nations occidentales ne font plus la guerre toutes seules, elles y vont en horde comme des lâches à travers l’OTAN voire l’ONU et souvent en connivence avec les États-Unis. Sans surenchère démagogique à laquelle nous seront soumis bientôt, les « Vous avez fait honneur à la Nation »/ « Nous avons évité le pire en Libye » alors qu’elles l’ont apporté; peut-on être fier de ce que font les armées de l’OTAN en Libye ?

La guerre actuelle de « l’ex-OTAN » – aujourd’hui secondée par une armée canadienne connue pourtant pour son « humanisme » – en Libye, est la parfaite illustration. Il est clair qu’elle (OTAN) s’est engagée dans une guerre de trop et sans gloire quoi qu’en pense l’ONU de Ban Ki Moon ce guignol réélu juste pour accomplir ce qu’il sait faire le mieux, dire oui à tout ce que veut le bwana !

L’OTAN est connue pour sa fâcheuse tendance à transformer les petites victoires et leurs lots de bavures acquises grâce à la supériorité technique militaire européenne sous supervision américaine en grands faits de l’histoire de la guerre. Or dans le cas de la Libye et depuis que les faucons américains sont rentrés percher « at home » après avoir ouvert les hostilités, l’OTAN nous offre de belle manière l’illustration que cette guerre est sale…

Quel triste constat !
Car même l’opinion américaine se dit que les armées européennes sont des armées incapables. Et c’est là où le bât blesse, quand on se souvient qu’il y a quelques mois de cela, la France s’est illustrée en Côte d’Ivoire où Sarkozy avait voulu démontrer avant d’attaquer Kadhafi ce dont l’armée française était capable.
Nonobstant la défaite de ce qui restait comme armée ivoirienne sans chef suprême – en l’occurrence Gbagbo qui comme une poule mouillée s’est contenté d’attendre que la France déclare la guerre à la Côte d’Ivoire – nous savons que dans les pays dits francophones qui ont été les anciennes colonies de la France, il n’existe de souveraineté et de puissance armée que celles que la colonisation leur a octroyé.

Or, en 1949, quand l’OTAN fut créée, les frontières de la souveraineté française s’étendait au-delà de l’hexagone. Ainsi, la France pouvait en toute souveraineté compter sur ses anciennes colonies pour mener les guerres ailleurs et surtout donner cette impression qu’elle avait une « garde noire », de la chaire à canon à sa disposition. C’est ce qui explique qu’elle refusa la présence d’une base militaire américaine sur « son territoire impérial » qui s’étendait jusqu’en Afrique où elle avait des forces armées dont nous faisions écho dans un autre commentaire.

Les forces françaises et leurs mercenaires en Afrique pouvaient ainsi s’illustrer toutes seules sur le continent tant qu’il s’agit d’une ancienne colonie. Ce qui paraît risqué s’il fallait s’attaquer à des pays relevant des ex-colonies « anglaises, portugaises, (allemandes), italiennes » où les indépendances ont été acquises à travers une lutte pour la souveraineté des peuples.
Dans ces pays où, chaque citoyen est un combattant potentiel jaloux de la souveraineté de son peuple, les anciennes puissances coloniales ont trouvé une nouvelle parade, provoquer des pseudos révolutions sociales pour ensuite intervenir à travers l’OTAN et l’ONU. C’est ce qui explique aujourd’hui la présence de l’OTAN en Libye.

Au demeurant, c’était une « guerre française » ou plutôt c’est la guerre de Sarkozy et BHL pour dire les choses. Ainsi, une bande de copains peut aujourd’hui décider d’installer un régime client en Afrique comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire. Et que certains Français applaudissent des deux mains la valeur négative de l’action militaire menée en Libye comme une démonstration de la grandeur de leurs pays et de leurs armées, c’est bien naïf et triste à la fois!

Car, à force de se flatter de menues victoires, ces Français là, à commencer par le belliqueux régime en place qui pervertit l’idéal gaulliste comme l’idéal humaniste français, ont fini par perdre de vue la différence entre les petites escarmouches d’agressions et les vrais engagements militaires issus d’une déclaration de guerre.
Ils ne font plus la différence entre l’armée française et la bravoure légendaire du peuple français telle qu’elle s’est illustrée souverainement dans la seconde guerre mondiale et la pléthore d’armées de l’OTAN dirigées – quelle ironie- par un canadien.

Pendant qu’ils font l’autruche devant l’usurpation faite à la NATION FRANÇAISE,
Ailleurs l’histoire se réécrit avec un grand H.
Ailleurs, il s’écrit que les armées occidentales attaquent en horde comme des hyènes;
Ailleurs, on apprend déjà que seule, aucune nation occidentale n’ose déclarer une guerre mais soutient des rébellions, c’est ainsi qu’il se raconte que l’armée française doit son succès à de petites causes passagères qu’elle provoque et qui nécessite son ingérence;

Ailleurs, conséquemment, les rapports et le caractère respectif des nations en termes militaires commencent à être revus;
Ailleurs, les Nations qui se disent souveraines commencent à alimenter dans un élan hypothétique l’image de leur puissance;
Ailleurs, comme en Libye, les goûts belliqueux des peuples persévèrent contre l’OTAN et les armées occidentales;
Ailleurs et en Afrique, on n’hésitera plus à défendre un dictateur qui qu’il soit, pour le simple plaisir de démontrer qu’on est capable de résister aux armées colonialistes comme on est prêt à mener des révolutions sans l’aide d’une puissance étrangère;

Ailleurs en Afrique, aucun mercenaire en cravate ne saurait conduire son peuple dans une troisième guerre « mondialo-occidentale… »

alea jacta est

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Afrique / Monde, Cultures & civilisations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.