CCSA: Calixthe Beyala refuse dignement la ‘vedelisation’ médiatique

Chers lecteurs, ce texte est en partie actualisé pour nous rappeler que, comme naguère avec Hitler, c’est la presse qui amène les va-t-en guerre au pouvoir. Il ne faut donc pas s’encombrer de réflexions inutiles sur la propagande cocardière de la presse française. Engagez votre énergie ailleurs !

Et vous y parviendrez si vous vous armez d’une seule sagesse, savoir surtout qu’en ces temps qui courent, en Europe et en France sous Sarkozy plus particulièrement, la tendance est à la régénération des souvenirs nationalistes pour nourrir les vieilles passions qui nous enfantèrent des hommes comme Hitler et autres Mussolini.

Face à cette force qui émeut l’Europe, il faut pouvoir s’inspirer de figures comme celle De Gaulle, que les Ivoiriens singulièrement par ailleurs ont aidé à acquérir la liberté de la France. Vous êtes donc dans le droit absolu de prendre son combat en exemple, parce que contrairement à ce que l’on croit, les Ivoiriens sont plus Français que le président actuel de la France. Ils peuvent en toute dignité considérer que la Côte d’Ivoire deviendrait demain et symboliquement la nouvelle Nation du Général De Gaulle. Ce grand homme qui aimait dire que les « Français sont des Veaux »?

A ce propos, nous aimerions préciser que la ‘védélisation » médiatique  des Français en premier sur les différents conflits menés par le président Sarkozy en Afrique a nécessité la collaboration d’une minorité d’Africains jouant les faux prophètes dans les médias occidentaux. (voir la vidéo avec Calixthe Beyala)

C’est dire, en parlant de ces Africains qui se rendent sur les plateaux télés ou ailleurs, pour donner la caricature la plus abjecte de leurs ennemis factices, que ce sont des gens mal inspirés. Car, en traitant de tous les noms d’oiseaux Gbagbo, ils ignorent combien ils sont en train de s’auto-flageller. Gbagbo, n’est qu’une partie de l’Afrique, mais la plus visible dans les médias occidentaux et nos « Tirailleurs » des temps modernes semblent avoir perdu le sens de l’histoire.

C’est ce qui pourrait justifier l’obstination de leurs réflexions en voulant imposer aux ivoiriens une République de parti pris en nous parlant par exemple de l’existence d’un pavillon de terreur symbolisé par Laurent Gbagbo. Dieu merci la vérité éclate toujours au grand jour. ET comme on peut le voir désormais, l’idéalisme le plus hypocrite s’est ainsi emparé de la crise ivoirienne, oubliant ce qui se passe en Côte d’Ivoire depuis les années 2000.

Ici où là, alors qu’il faut dire haut et fort qu’on est contre l’utilisation de la force en Côte d’Ivoire (une manière d’être neutre quelque part ) ; alors qu’il faut reconnaître que jamais Laurent Gbagbo n’a réellement géré la Côte d’Ivoire ; alors que même les rumeurs invraisemblables (se) sont confirmées, que le chef rebelle Guillaume Soro est un bras droit d’Alassane Ouattara; malgré tous ces ingrédients dans un parcours politique atypique, une pétition circule dont les signataires en appellent « au sens de l’histoire et à l’esprit démocratique de M. Laurent Gbagbo… » qui devrait donc quitter le pouvoir.

Quand est-ce que les Ivoiriens ont besoin de ces intellectuels pour leur dire qui doit rester au pouvoir ? Demandons-nous par ailleurs si les Tunisiens ont attendu que la communauté internationale qui a protégé Ben Ali jusqu’aux derniers instants qu’on leur dise ce qu’ils devaient faire ? Pour qui se prennent-ils ces signataires de pétitions pour parler au nom des Ivoiriens au lieu de raisonner leurs chefs d’Etats belliqueux ?

Certainement que ces défenseurs attitrés des décisions très pro-Ouattara venues d’ailleurs et dont nombreux sont des Sénégalais derrière leur président Abdoulaye Wade, sont plus intéressés par la confusion en Côte d’Ivoire au point de trahir leur égoïsme conforme aux volontés d’une communauté internationale qu’ils représentent.

Rien de nouveau il faut le dire, il a toujours existé une élite de « Tirailleurs Sénégalais » en cravates, une « aristocratie grassement récompensée » comme dirait l’autre par la France et certains lobbies étatsuniens.

Cette élite qui partage aujourd’hui les positions de Sarkozy est au courant comme le dit le président de France que « le problème de l’Afrique, ce n’est pas de s’inventer un passé plus ou moins mythique pour s’aider à supporter le présent mais de s’inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres. »

Ce n’est donc pas demain la veille d’un tel avenir avec une élite qui partage les positions de celui pour qui encore « le problème de l’Afrique, ce n’est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de conjurer le malheur, car l’Afrique a le droit au bonheur comme tous les autres continents du monde.»

Comment peut-on conjurer le malheur quand cela reste une conséquence d’avoir un « bon nègre » français pour tenir la braise de l’incendie futur en Afrique ?

Autres questions, Sarkozy le président de l’Union pour la Méditerranée peut-il être meilleur conseiller pour l’Union Africaine au moment où l’autre président de l’UPM, j’ai nommé Moubarak est dans la tourmente ?

En voilà donc des hommes qui courent après les idées au point de s’allier avec Sarkozy le nouvel « Affreucain » ; gracieusement logés dans des Think Tanks, ils ignorent combien leurs structures ne produisent qu’une « démocrasserie » qui ne respecte ni coutumes, ni inspiration proprement africaines.

Ils exemplifient la matérialité historique qui est que leurs ancêtres ont été les facteurs essentiels dans le développement du capitalisme, comme ils ont été les instruments de l’impérialisme. On ne s’étonnera donc pas qu’ils soient eux aussi la nouvelle garde du « globalisationnisme » (ou mondialisationnisme) économique.

Quant à nous, nous ne soutenons aucun président africain s’il s’avère qu’il serait une « garde noire » de la communauté internationale …

C’est en ce sens que nous donnons un bénéfice du doute à Laurent Gbagbo et certainement sa femme en premier Mme Gbagbo. Ils sont l’exemple d’une Afrique qui dit non et dont la jeunesse actuelle a besoin de s’inspirer.

En outre, en cette période de refus des décisions qui sont loin de prendre en compte la réalité populaire en Côte d’Ivoire, il nous semble que même mort, Gbagbo sera pour notre génération un héros comme Sankara l’a été !

Détrompez-vous, derrière les applaudissements pour la victoire de Ouattara, un jour viendra où il sera jeté en pâture comme une vulgaire carcasse d’animal soigneusement vidé de sa substance nutritive.

Alors vivement le dialogue chers Ivoiriens et sachez que les médias occidentaux feront tout pour que vous leur offriez l’image désolante d’une Afrique où la démocratie serait un luxe.

p.s: J’ai inventé « Védélisation » : action de nous priver d’un esprit de jugement et de critique. Il est formé  à partir de la racine [vedel],  c’est à dire veau. C’est donc le fait de nous transformer en veaux. On favorise ainsi à travers les médias l’inaction des masses populaires, la stupidité remplace l’intelligence. Ceci dit, pour les références, j’ai été plus inspiré par l’histoire de Moïse et la notion de « veel d’or » dans la construction du mot. Je suis à mes temps choyés un lecteur de la Torah. Et il me semble que les médias sont devenus aussi nos nouveaux « veel d’or ».

Texte original ici

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.